N°4 : Votre enfant est unique

mercredi 4 janvier 2017

Lettre n° 4 – Votre enfant est unique

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que les enfants uniques qui sont… uniques. Les parents qui ont deux ou plusieurs enfants savent cela. « On a beau les élever de la même manière, ils sont différents », soupirent-ils assez couramment.

En vérité, il n’est pas très exact de dire que les enfants d’une même fratrie reçoivent la même éducation (on n’élève pas exactement le second comme on a élevé le premier, et ainsi de suite). De surcroît, « l’assemblage » génétique de chacun, au moment de sa conception, le rend universellement… unique. « L’encyclopédie » du génome humain1 n’a pas encore délivré tous ses secrets, mais nous pouvons affirmer sans nous tromper que l’humanité ne connaît pas deux personnes identiques. C’est un peu comme si chaque être était un univers à lui tout seul.

Il est pourtant vrai que l’enfant ressemble à ses parents, et cette ressemblance n’est pas seulement physique.

En vertu de ces similitudes, les parents peuvent être tentés de mettre les pas de leur enfant dans les leur ou dans ceux de ses frères et sœurs. C’est une inclination bien légitime et très humaine. Quand on s’investit pleinement dans l’éducation de son enfant, on aspire à le voir s’engager là où on pense que ce sera le mieux pour lui, ou pour son bien. Parfois, on fait des comparaisons « moi, à ton âge… ». Ou encore, on prend exemple sur d’autres enfants qui semblent mieux réussir… Mais, pas d’inquiétude, les parents des « petits prodiges » érigés en modèle disent exactement la même chose à leurs propres enfants.

La première découverte pour un parent est de comprendre que son enfant va ouvrir un chemin nouveau, précisément parce qu’il est unique. Avoir un, deux, trois, quatre… enfants, c’est accepter que chacun va offrir son lot de surprises. Il y aura des déceptions, mais aussi d’incroyables satisfactions.

Nous savons aussi que l’enfant, si génial soit-il, n’est jamais à confondre avec un fonds d’investissement. Il en est même qui échappent radicalement à « leur destin », ouvrant une trajectoire diamétralement opposée à leur histoire personnelle ou à tout ce qu’ils ont appris.

Jean-Baptiste Poquelin, fils de Tapissier du Roi, est devenu… Molière.

Steve Jobs, d’origine syrienne par son père, est abandonné par sa mère. Adopté à sa naissance, il deviendra le fondateur visionnaire de la puissante société Apple.

Mohed Altrad2, fils de bédouin, a été sacré premier entrepreneur du monde en 2015.

Les exemples ne manquent pas.

D’autres suivent une route plus « conforme » à ce qui leur a été transmis. On peut parfaitement réussir sa vie dans les deux cas de figure.

La richesse de la vie naît d’abord de sa diversité. Que dirions-nous si toutes les fleurs du jardin étaient exactement les mêmes ?

Vous vous désolez parfois des mauvais résultats scolaires de votre enfant. Vous le trouvez lent, pas suffisamment réfléchi. Vous vous échinez à lui faire apprendre ses leçons, ses devoirs sont bâclés. Il est même dissipé en classe, rien ne l’intéresse. « Mais que va-t-il faire plus tard ! ? » Votre inquiétude n’est pas à blâmer. Elle témoigne de l’ambition que vous nourrissez pour votre enfant, mais aussi de l’amour que vous lui portez. Votre deuxième découverte sera d’accepter que tous les enfants ne peuvent pas être premiers de la classe, ni forcément accéder à la première marche du podium. Mais, en même temps, vous aurez acquis la certitude que toutes sortes de chemins peuvent mener à toutes sortes de réussites.

Quand on se met à douter (et cela peut arriver), c’est qu’il est temps de porter un regard différent sur son enfant. Il ne s’agit pas de le laisser au fond de son échec ou dans ses erreurs, mais de poser sur lui un regard de confiance. Vous l’aiderez ainsi à révéler ce qu’il porte d’unique et d’exceptionnel. Les enfants ne le montrent pas forcément, mais ils sont très sensibles au regard qu’on leur porte. Je dirais même qu’ils ont tendance à se construire en fonction de ce regard.

Si le regard n’est pas confiant, l’enfant n’aura pas confiance en lui (et pas davantage confiance aux autres). Si le regard n’est pas encourageant, l’enfant ne sera guère courageux dans ce qu’il entreprendra. Si le regard n’est pas valorisant, l’enfant se trouvera sans valeur et ne fera rien de bon. Votre regard ne doit pas seulement voir ce qui est, mais espérer dans ce qui n’est pas encore là et qui peut advenir. Soyez comme ce jardinier qui regarde avec confiance la graine qui tarde à germer. Il ne sait pas encore ce qu’elle donnera, mais il est déjà prêt à accueillir son fruit comme un don.

Votre troisième découverte sera donc de comprendre que, parce que votre enfant est, en soi, un don unique, la force de l’Espérance que vous lui témoignez jour après jour pourra être la source de la plus belle épiphanie.

Thierry Fournier

1 Programme ENCODE, ENCyclopedia Of Dna Elements

2 Mohed Altrad, Badawi, Actes Sud, 2002

Cours Maintenon

News



Radio

Au Fil des Saisons

9 septembre 2020

L’Atelier Radio

10 avril 2020

Meltin’Potes

6 avril 2020


Les lettres du Chef d'Établissement Coordonnateur